Culture des Adenium

Culture des Adenium

Eau

Les Roses du Désert sont très gourmandes en eau et en éléments minéraux. N'hésitez pas à combler leurs désirs sans aller à l'excès. Les arrosages doivent être abondant pour mouiller tout le substrat. Mais l'eau ne doit pas stagner.

A condition que le substrat soit bien drainant, il suffit de suivre la consommation des Roses du Désert. L'idéal est que l'arroseur soit guidé par les besoins de la plante et non le contraire car lorsque c'est la plante qui doit suivre les besoins de l'arroseur ça fini par mal se passer. Avec un peu d'expérience on apprécie tout de suite les besoins d'une plante. Ses besoins sont très variables d'un jour à l'autre en fonction des conditions atmosphériques.

Bien entendu les Roses du Désert s'adaptent sans problème au manque d'eau et cela peut-être un moyen de réduire leur croissance pour les faire davantage ressembler à des bonsaïs.

Les Roses du Désert peuvent parfaitement s'adapter aux conditions de croissance dans les systèmes d'hydroculture. Mais lorsqu'ils ne sont pas habitués à de tel systèmes il vaut mieux éviter que leurs pots baignent dans des soucoupes pleines d'eau.

Si vous devez arroser pour suppléer les pluies, il est plus judicieux de le faire tôt le matin afin que vos Roses du Désert puissent consommer pendant la journée et ainsi le substrat sera moins humide pendant la nuit.

La plage de tolérance du pH de l'eau est large et l'idéal est une eau légèrement acide à neutre.

Substrat

Souvent le sujet le plus discuté entre passionnés, mais heureusement les Adenium sont tolérants. Chacun a sa recette "miracle" et veut convertir les autres. Mais ce qui marche bien pour l'un n'ira pas pour l'autre. Inspirez vous de l'expérience des précurseurs mais faites vos propres expériences. La tolérance des Adenium vis-à-vis de leurs conditions de vies est souvent plus grande que la tolérance de certains humains lorsqu'ils veulent imposer leurs certitudes à d'autres.

Le champ de tolérance est vraiment large puisque certaines expériences limites sont positives lorsque les autres conditions générales sont assurées comme par exemple le sable marin même non lavé, la poussière d'aspirateur pure, de l'argile pure. De la matière minérale pure à la matière organique pure, tout marche.

Néanmoins le respect de quelques principes de base permet de choisir le substrat le mieux adapté à son environnement.

La solution la plus simple consiste à utiliser des substrats commerciaux vendus pour les cactées et plantes grasses.

Sinon vous pouvez fabriquer vous-même votre propre mélange à condition qu'il soit bien drainant et bien aéré.

Lorsque les Roses du Désert vivent en zone sèche le substrat peut être bien plus spongieux que lorsqu'elles sont en zone humide ou le substrat devra être le moins absorbant et le plus grossier possible.

En Martinique le substrat que nous utilisons exclusivement est du gravier de roche pouzzolane concassé et criblé de 4 à 8 mm issu des carrières de la montagne Pelée. Aucun mélange à faire, c'est simple, riche et donne d'excellents résultats. De plus le poids de ce substrat minéral confère aux pots une grande stabilité en cas de vents importants bien que ce soit un inconvénient lorsqu'il faut déplacer les plantes. En utilisant des calibres plus important on augmente l'aération et le drainage. La pouzzolane permet aussi de bénéficier d'un volant hydrique suffisant ainsi que la conservation et le relargage lent des éléments fertilisants. Autre avantage non négligeable : sa stabilité dans le temps est tout à fait compatible avec la vitesse de croissance des Roses du Désert, c'est-à-dire que le compactage ne se fait pas avant le rempotage suivant.

Conteneur

Le seul critère vraiment important est de permettre une parfaite évacuation de l'eau en excès.

Les Adenium sont parfaitement adaptés à la culture en conteneur et peuvent vivre dans n'importe quel récipient (de la vieille boite de conserve à la buse en béton en passant par le pneu lisse...mais ce n'est pas obligé...) du moment qu'il y a des trous pour l'écoulement de l'eau.

Si les producteurs utilisent les conteneurs en plastique pour des raisons économiques, rien ne vous empêche, bien au contraire, de mettre en valeur votre Rose du Désert dans de belles poteries en terre cuite.

Encore une fois les Adenium sont très tolérants et s'adapteront à n'importe quelle taille de pot, donc avant tout c'est l'esthétique qu'il faut rechercher. Mais quelques règles générales vous permettront d'avoir de meilleurs résultats. Trop petit le pot conduira la plante à la "bonsaï-ification" mais c'est peut- être le but recherché. Si le conteneur est vraiment trop volumineux, le risque est la pourriture des racines et le décès du plant. Le petit truc simple est de rechercher l'adéquation esthétique entre la forme et le volume du pot, et la forme et le volume de la Rose du Désert, ainsi vous ne pouvez pas vous tromper.

Mon expérience me pousse finalement à cultiver les grandes Roses du Désert dans des conteneurs en plastique mais à les présenter dans un cache pot en matière plus noble et bien plus esthétique. Tout simplement car les Adenium ont la fâcheuse tendance à exploser leurs pots sous la puissante pression des caudex, et il est plus économique qu'ils cassent un pot en plastique qu'en poterie, surtout si on en a beaucoup. Mais il est indéniable que la beauté d'une Rose du Désert sera vraiment révélée et magnifiée par une superbe poterie. La puissance des caudex est surhumaine, j'ai vu des Roses du Désert exploser tranquillement et en force des conteneurs de diverses matières aux parois si épaisses que plusieurs hommes costauds n'auraient jamais pu le faire en tirant sur les bords.

Il est fréquent que les Roses du Désert perdent toutes leurs feuilles après le rempotage ou la plantation. Il arrive aussi souvent que le caudex perde un peu de sa fermeté pendant plusieurs jours après le rempotage. Pas d'inquiétude, tout cela rentrera dans l'ordre assez rapidement.

Si vous souhaitez que vos Roses du Désert poussent très vite, n'hésitez pas à les rempoter chaque année utilisant un substrat neuf et un pot de taille juste supérieure. L'idéal est de rempoter juste au début d'une nouvelle phase de croissance. L'expérience montre que les racines de la plante doivent pouvoir coloniser très vite le nouvel espace de substrat à disposition pour pouvoir consommer rapidement les apports d'eau sous peine de favoriser les proliférations fongiques.

Si vous êtes plutôt débonnaire avec vos plantes, sachez que lorsque les racines de votre Roses du Désert mettent le pot de culture sous tension, c'est sa façon de vous dire qu'il est temps de la changer de pot. Mais ça ne marche qu'avec les pots en matière plastique.

Ceux qui habitent dans des zones humides auront tendance à utiliser des pots plus petits et dont l'ouverture supérieure sera moins large alors qu'à l'inverse ceux qui sont dans une zone plus aride utiliseront de grands pots à larges ouvertures.

Un grand sujet classique de discussion concerne le rapport hauteur sur largeur. Chacun a son opinion basée sur des expériences heureuses ou malheureuses et toutes sont contradictoires. L'une favorisant les fleurs, l'autre le caudex, une dernière les ramifications, etc.…Ce sujet animera encore longtemps de grandes et longues discussions agitées. Je pense simplement que la solution réside dans l'esthétique globale : plante plus pot, et que ce qui est beau et harmonieux est efficace.